Gia Long, de son vrai nom Nguyen Anh, fut le fondateur de la dynastie. Né en 1762, il régna officiellement de 1802 à 1820 et fit construire son tombeau de 1814 à 1820. Il se trouve à 15 km de Hué, sur la rive gauche de la rivière des Parfums. La nécropole de Gia Long est la plus vaste de Hué (près de 3000 hectares) et englobe pas moins de 36 collines couvertes de pinèdes. Ce cadre resté à l’état sauvage est très beau. A l’intérieur de la nécropole, la disposition des bâtiments n’est pas la même qu’au tombeau de Minh Mang. Ici, le Pavillon de la Stèle ainsi que le temple du Culte ne sont pas disposés sur un axe longitudinal par rapport au tombeau, mais sur un axe transversal. Le premier monument que nous rencontrons est le temple du Culte, ici, appelé temple de l’”Éclatante perfection”. Il est consacré au roi mais également à sa première épouse, Thua Thien Cao. Gia Long l’a fait élevé en 1815 sur le mont Bach “ la montagne blanche“, “ un des 14 sommets qui rendent hommage sur le coté droit au mausolée du roi ”. Il est composé de deux corps de bâtiments à toiture double et d’une longueur de 22 m. Le bâtiment principal situé à l’arrière, est profond de 14 m, soit deux fois plus que le bâtiment antérieur. Au fond du bâtiment principal, dans une grande niche sculptée, laquée et dorée, et fermée de rideaux de brocart, sont placées les tablettes funéraires des souverains, portant leurs titres rituels posthumes. Dans les deux pièces sont placés tous les meubles rituels : tables d’offrandes, dont quelques unes richement sculptées, chaises, tabourets, pupitre pour la lecture de l’acte d’offrande, supports, lits de camp, chandeliers, brûle –parfums… Devant le temple s’étend une cour dallée carrée, avec au milieu une allée en carreaux bruns aboutissant à des escaliers ornés de dragons. Des deux cotés de la cour, deux bâtiments servaient de magasins. Sur le coté antérieur, la cour est fermée par une porte à trois baies, formant un pavillon à deux étages très élégant, avec des panneaux sculptés. De l’extérieur de cette porte, la vue sur les montagnes environnantes est ravissante. En contrebas de cette porte, se trouvent deux cours d’honneur, dominant à leur tour la route extérieure et un large étang en forme de croissant. Après avoir contourné par la gauche les soubassements du temple du Culte, nous arrivons devant les sépultures du souverain et de son épouse, élevées sur six terrasses. Les hauts murs de l’enceinte et les cours d’honneur s’étageant harmonieusement dégagent une réelle impression de grandeur. La cour supérieure est appelée Bai Dinh que l’on peut traduire par “ la cour où l’on se prosterne “ (sous-entendu pour rendre hommage au défunt ). Il faut un peu escalader pour apercevoir les cénotaphes. D’égales dimensions, ils sont constitués de deux blocs de maçonnerie, en grandes pierres de taille, et autrefois couverts chacun par un toit également maçonné. Lorsque l’on se trouve derrière le tombeau, on aperçoit sur une colline deux hauts pylônes en maçonnerie. Ils avaient été élevés pour attirer les influences géomantiques fastes et détourner les néfastes. Tout en bas, sur les bords de l’étang, se trouve la cour funéraire ornée de statues de pierre. Le pavillon de la Stèle est situé à l’Est du tombeau sur le mont bleu. Le pavillon est imposant, mais la stèle de marbre gris est l’une des plus petites que l’on peut voir à Hué. Il existe d’autres sépultures dans cette nécropole, le mausolée de la seconde femme de Gia Long (la mère de Minh Mang) et celui de la mère Gia Long. Ce dernier édifice fût construit en 1846. Un escalier monumental nous mène ensuite au temple du Culte, mais ce qui est particulièrement remarquable dans cet ensemble, c’est le pavillon de la Stèle, car la stèle de Tu Duc ne pèse pas moins de 20 tonnes. On dit que le corps du roi n’est pas dans son tombeau, mais quelque part ailleurs sous la plus haute terrasse. Les ouvriers qui creusèrent sa tombe auraient été exécutés pour qu’ils ne puissent pas révéler l’emplacement exact.

Attractions